Québec

Img 4430

Et la Vie continue...

Voilà donc un peu plus de 4 mois maintenant que nous sommes de retour au Québec. Je vous avais partagé dans le précédant billet le processus par lequel j'étais passé dans les premières semaines, suite à la déception de l'interruption de notre voyage en  famille. Aujourd'hui, le temps fait tranquillement son oeuvre et je voulais profiter de vous raconter comment nous avons réorganisé notre quotidien et les petits projets que nous avons réalisé ensemble et parfois chacun de notre côté. Bien sûr c'est aussi l'occasion de vous donner des nouvelles de la famille, de l'évolution de la santé de Loïc et comment nous envisageons les prochains mois, jusqu'à notre retour à la vie "normale" en septembre prochain.

De mon côté, comme je l'avais déjà écrit, je suis parti début janvier une semaine seul à Cuba sac à a dos, afin de visiter la Havane et Varadero. Par la suite, en février, un peu sur un coup de tête, je suis parti avec un ami skier en Suisse, ce qui m'a permis également de passer un peu de temps en famille et voir quelques amis. Ce fut un séjour extraordinaire au niveau du ski mais assez court bien-sûr et je n'ai pas eu le temps de voir tout le monde que j'aurais voulu, mais cela devrait être que partie remise pour cet été.  Finalement, comme vous allez pouvoir le lire ci-dessous, je suis parti fin mars avec Loïc une semaine en République dominicaine. De son côté, Julie à profité de partir deux fois à Cuba avec des amis et faire le pleins de soleil.

Malgré le cheminement que j'ai fait pour finir par accepter l'interruption de notre projet, ce que j'ai trouvé difficile entre autre, c'est de toujours demeurer dans l'incertitude de savoir s'il nous serait possible de repartir toute la famille ensemble ou pas. En effet, bien que l'état de Loïc se soit tranquillement stabilisé et qu'il n'a plus fait de grosses crises d'épilepsie depuis début décembre, la première médication qu'il a prise n'était pas optimale, car il lui arrivait encore fréquemment d'avoir de petits sursauts le jour, suite à un bruit soudain, ou la nuit pendant son sommeil. Fin février, lors du suivi avec le neurologue, celui-ci nous a prescrit un nouveau médicament et nous avons constaté une amélioration significative, ce qui est très encourageant. Par contre, nous n'avons pas fini de retirer l'ancienne médication, ce qui signifie pour les assurances que Loïc n'est pas encore stable, car cela ne fait pas trois mois sans modification de traitement. Ceci implique donc, que si nous souhaitions repartir pour un long périple il ne serait pas assuré au niveau de l'épilepsie. Bien sûr, ce n'est pas envisageable, même si c'est très frustrant . Cependant, je me suis quand même autorisé un petit voyage avec lui d'une semaine dans le Sud, qui lui a fait finalement le plus grand bien. Du coup, d'autres sont prévus en famille dans les prochains mois, bien sûr ce ne sera pas sur le modèle de la  précédente aventure, ni la même durée, mais nous sommes confiants que nous pouvons nous permettre de partir encore une fois à Cuba pour 2 semaines prochainement et nous espérons toujours partir en Suisse cet été.

Sinon, pour les autres projets, de mon coté je vais partir en solo la semaine prochaine une dizaine de jours en Islande pour découvrir ce pays qui me fascine depuis longtemps et que nous avions renoncé à inclure dans notre tour du monde. Pour sa part, Julie planifie actuellement un voyage pour la Grèce dans le courant du mois de juin. Bref, on essaye de profiter encore un peu du temps qu'il nous reste, même si nous aurions bien sûr préféré vivre toutes ces aventures en famille, puisque c'était avant tout le but de cette année si particulière...

Lire la suite

Un Voyage Intérieur

Alors voilà, déjà deux mois que nous sommes revenus à la maison suite aux problèmes de santé de notre Loïc. Aujourd’hui, je me sens prêt pour prendre à nouveau « la plume », pour vous partager comment j’ai vécu ce retour et les différentes étapes par lesquelles je suis passé pour commencer à accepter cette situation inattendue. Comme je viens de le réaliser, nous sommes finalement toujours « en voyage », mais celui-ci a pris une nouvelle dimension que nous n’avions pas anticipée, mais qui était peut-être déjà écrite… En effet, certains signes présents sur notre chemin dès la première semaine de notre aventure, pouvaient le laisser présager. Bien que nous ne pouvions bien sûr appréhender toute leur signification à ce moment, lors de la visite du parc « Circle of Life » à Galway. (voir le billet l’Instant Présent – Irlande). Pour mémoire, voici les symboles que nous avions choisi cette journée là pour nous accompagner pendant le voyage :

Img 8340        Img 8331

Loïc qui avait initié l’activité s’était dirigé lui-même vers le Caducée, symbole des professions médicales…bien sûr…

Pour ma part j’avais eu la brillante idée de choisir une belle phrase sur…l’Acceptation des évènements de la vie…

 Img 8363                Img 8362

Julie pour sa part avait été sensibilisée par cette stèle :

Img 8355              Img 8354

 

Je ne veux pas bien sûr considérer tout ce que nous avons vécu dans une perspective mystique, mais je trouvais quand même assez incroyable ce « clin d’œil de la vie ».

Comme vous pouvez le constater, j’utilise le « je » cette fois-ci pour rédiger ce texte, car cette étape de notre voyage nous l’avons tous vécue à notre manière, selon notre sensibilité et je ne peux que parler en mon nom. Pour moi écrire, c’est un moyen pour y voir plus claire, prendre du recul et me permettre de mieux réaliser ce que j’ai à comprendre de cette expérience.

Oui, j’ai vécu ce retour au Québec comme une réelle épreuve. Je ne parlerai pas ici de toutes les préoccupations par rapport à la santé de Loïc, car comme vous pouvez l’imaginer c’était bien sûr notre priorité dans les premières semaines et la raison même de notre retour. Nous avons donc fait tout ce que nous avions à faire pour l’accompagner dans sa convalescence.  Nous voulions surtout éviter qu’il se sente responsable de ce qui est arrivé et nous avons tout fait pour que cela ne soit pas le cas. Ceci dit, dans un même temps, il y avait un deuil énorme à faire pour moi par rapport à ce projet familial que nous avions préparé pendant plus de deux ans et que je voyais s’anéantir d’un coup.

Une phrase venait également sans cesse me hanter, celle que j’avais reproduite d'un auteur sur note site et qui se voulait un peu la synthèse des raisons de ce projet : « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui–même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, …ou vous défait ». Et moi, à ce moment-ci, je me sentais totalement défait! Même Julie ne me reconnaissait pas et ne m’avait jamais vu ainsi en 18 ans de vie commune. J’avais espéré vivre ce voyage autant dans son horizontalité, c’est-à-dire dans la découverte des pays et des beautés de ce monde, mais également dans sa verticalité, par rapport à ce que celui-ci ne manquerait pas de nous faire évoluer, grandir, un peu comme un voyage initiatique.

Oui mais voilà… ! une Initiation…, souvent avant que celle-ci n’arrive dans notre vie, on souhaite parfois en vivre une, car on pressent que c’est une opportunité de croissance, un genre d’aventure dont on ressortira gagnant et qui mettra un peu de piment dans notre vie. Cependant, une Initiation ne se choisi pas comme on pense pouvoir le faire ! Pas par notre petite personnalité en tout cas... Alors quand celle-ci se présente dans notre existence et se vit, elle n’a bien sûr pas le visage de la belle épopée à laquelle on s’attendait. Elle vient nous toucher au cœur de nous-mêmes, briser nos fausses certitudes, balayer nos arguments et nos réflexes de rébellions. Difficile dans ces moments de se dire que c’est pour notre bien ou pour notre croissance, d’avoir cette perspective quand les émotions nous envahissent. Et pourtant…, une fois les étapes de prise de conscience réalisées, force est de constater qu’elle a visé juste. Que le travail de labourage qu’elle a orchestré c’est révélé nécessaire et gratifiant, une fois celui-ci accepté. Et oui, la fameuse Acceptation… Sans elle, il est difficile de passer à une autre étape et il faut l’admettre, ce qui en nous s’oppose à sa présence est bien souvent de l’orgueil. Mais une fois accueilli, c’est un baume qui peut se présenter et permettre à une nouvelle Force de nous habiter. Pour ma part, même si je connaissais intellectuellement toutes ces étapes du deuil, je me refusais à accepter ce que nous vivions, car je le percevais comme tolérer une défaite, devoir me résigner à abandonner mon rêve sans me battre. C’est pourquoi, dans les premières semaines, je m’agitais intérieurement pour tenter de trouver une solution, d’autres avenues, jusqu’à ce que je réalise que cela ne se passerait pas par mon mental, pas par cette partie en moi qui veut tout contrôler, même les évènements de la Vie sur lesquelles je n’ai finalement pas d’emprise.  C’est là qu’intervient selon moi une étape indispensable, souvent mal aimée, le fameux « lâcher-prise » cher aux ouvrages et courants de développement personnel. Et pourtant, c’est bien de cela qu’il s’agit, pour être capable de passer à l’acceptation de ce que la Vie nous propose d’expérimenter. Je pense qu’il ne faut pas le percevoir comme une fatalité, mais davantage comme un pont suspendu, nous permettant de traverser l’abime de nos peurs et de nos résistances. Ce lâcher-prise, je pense l’avoir vécu pendant ma semaine seul à Cuba il y a quelques semaines, un voyage en solitaire qui a été indispensable pour moi pour être capable de prendre du recul sur tout ce que nous avions vécu ces derniers mois. C’est pendant ces quelques jours loin du quotidien et seul avec moi-même que le travail intérieur a pu s’accomplir, me permettant d’accepter ce que nous avions à vivre à travers cette épreuve. Je n’entrerai pas dans les détails de mes prises de conscience, car celles-ci sont bien-sûr personnelles, mais depuis, je dois avouer que je me sens beaucoup mieux. De nouvelles perspectives que je ne voyais pas se sont naturellement dégagées, me donnant confiance pour la suite des choses, habité par la certitude que de bien beaux projets s’en viennent encore pour nous, dans un avenir très rapproché. Et comme par « hasard », depuis mon retour, tout semble se placer à nouveau pour nous permettre de prévoir une nouvelle aventure, que ce soit au niveau de l’état et de la santé de Loïc, du moral de toute la famille et même au niveau des démarches auprès des assurances qui ont pu finalement aboutir positivement. Alors voilà, nous pouvons à nouveau regarder devant et penser à un nouveau projet, avec l’expérience en plus de tout ce que nous avons vécu en voyage et ici au Québec. Il est maintenant possible d’envisager un « lespetitsprinceautourdumonde » 2.0.

Lire la suite